• IKIMASU

Les Japonais, ces tétraphobes

Mis à jour : 14 juin 2019



Le chiffre 4 est celui que les Japonais évitent tant que faire se peut d’employer.


Celui-ci, en japonais, peut se prononcer de deux façons : yon ou shi. Comme shi peut également désigner phonétiquement la mort, les Japonais, les plus superstitieux en tout cas, s’abstiennent donc d’utiliser le chiffre 4, ne serait-ce que pour ne pas avoir à le prononcer ou à penser à la mort.


Un évitement qui peut prendre se manifester de plusieurs sortes. Par exemple, comme aux Etats-Unis, où il n’y a pas de treizième étage mais « 12 A » pour des raisons tout aussi superstitieuses, il n’y a pas de quatrième étage dans certains immeubles ou hôpitaux japonais. Dans le même ordre d’idées, les nombres comportant un 4 (54, 114, etc.) sont aussi évités. De même que les acronymes comportant un 4. Récemment Sony a pu mesurer la vigueur de cette superstition avec la polémique qui a accompagné la sortie de sa nouvelle Playstation, la PS4, vite rebaptisée « la Playstation de la mort (« PS”Shi” »)… A noter aussi, il est assez rare que l’on trouve une chambre 43 dans une maternité, ce chiffre étant non seulement composé d'un 4 mais signifiant « fausse couche » à l'oral, en japonais. Enfin, lorsque un Japonais fait des cadeaux à un autre, il n’en donne pas plus de trois ou… au moins cinq.


Pour relativiser un peu, les Japonais ne sont pas les seuls à faire preuve d’une telle tétraphobie (aversion ou peur du chiffre 4). Ils la partagent avec les habitants de nombreuses régions d'Asie de l'Est, plus particulièrement ceux de Chine, de Taïwan et de la péninsule coréenne.