• IKIMASU

OE Kenzaburô - "Rabelais"


« Pendant ces années passées à Tokyo, mon village me manquait beaucoup, j'aurais aimé trouver des livres qui me parlent de ce manque, mais il n'y en avait pas. On n'écrivait alors que sur le centre du Japon, sur Tokyo, parce que c'était ce centre qui faisait la guerre. Ce qui m'intéressait, c'était la culture périphérique, celle de mon village dans la forêt. J'ai trouvé ce que je cherchais en lisant Rabelais. »


(OE Kenzaburô, Interview, in Libération, 9 novembre 1989)